Roeselare

Dimanche15/07/2018Fermé
Lundi16/07/20188:00 tot 16:00
Mardi17/07/20188:00 tot 16:00
Mercredi18/07/20188:00 tot 16:00
Jeudi19/07/20188:00 tot 16:00
Vendredi20/07/20188:00 tot 16:00
Samedi21/07/2018Fermé
Dimanche22/07/2018Fermé

Opglabbeek

Dimanche15/07/2018Fermé
Lundi16/07/20188:00 tot 17:00
Mardi17/07/20188:00 tot 17:00
Mercredi18/07/20188:00 tot 17:00
Jeudi19/07/20188:00 tot 17:00
Vendredi20/07/20188:00 tot 17:00
Samedi21/07/2018Fermé
Dimanche22/07/2018Fermé
Heures d 'ouverture Fermer Nous sommes fermés en ce moment. Entrer
Vous êtes ici: > Taxus

Taxus ou if

 


Avantages!

Le Taxus baccata est une plante de haie ou solitaire très populaire, à feuilles persistantes et à croissance lente.  De nombreuses variétés cultivées sont connues (Taxus baccata 'David', Taxus baccata 'Fastigiata', Taxus baccata 'Kupfergold' (voir photo), Taxus baccata 'Summergold',...)

 
L’if commun s'utilise extrêmement bien dans une haie ou comme massif car il supporte bien les tailles.  L'if tolère très bien une taille de rénovation.  Un vieil arbre peut donc facilement repercer sur le vieux bois.
 
 
L’if commun se plaît dans différents types de sols.  Seul un sol qui n'est pas perméable à l'eau ou qui a un niveau élevé d'eau souterraine fera souffrir cette plante.  En rajoutant du sable grossier à votre sol, le développement des racines capillaires sera stimulé et il y aura une meilleure distribution de l'eau, drainage.
 
L’if commun peut être planté avec les racines nues à partir de novembre jusqu’en avril.  Les plantes excédant 40 cm sont toujours plantées avec une motte ou en pot.  Les plantes en conteneur sont disponibles toute l’année.  Ce conifère peut devenir très vieux et est traditionnellement utilisé dans la fabrication de produits médicinaux, actuellement comme remède contre certaines formes de cancer.
 

Inconvénients!

L’if commun est toxique pour l’homme et l’animal.  Des cas d’intoxication de bovins peuvent se produire et sont généralement causés par l’alimentation des émondes du jardin.  Normalement, les animaux ne mangent pas les ifs. La chair rouge n’est pas toxique du tout, mais le noyau dur l’est bien!

Maladies et ravageurs:

le plus gros problème du Taxus baccata est l’otiorhynque de la vigne et ses larves.
Le charançon lui-même cause moins de dégâts que les larves, mais ils sont plus visibles que les dégâts causés par les larves.

 

L’otiorhynque de la vigne, aussi appelé charancon noir de la vigne, détériore principalement les feuilles de la plante.  Vous pouvez le reconnaître par les feuilles dévorées.  Les feuilles elles-mêmes ne meurent pas à cause de ce rongement.  Contrairement au charançon, la larve ne cause pas de dégâts au-dessus du sol.  Les larves de l’otiorhynque de la vigne se nourissent des radicelles de la plante, parfois même jusqu'à la racine principale. 
Par le manque de racines, la plante ne peut plus assimiler suffisamment d’eau et d’alimentation, et elle finit par flétrir.


L’otiorhynque de la vigne ronge non seulement l’if commun mais aussi d’autres espèces: Osmanthus, Cornus, Sedum, Vitis, Actinidia, Euonymus, Hedera, Ilex, Potentilla, Skimmia, etc.

Lutte:

L’une des méthodes de lutte est la Kraussi Guard de DCM.  Ce sont des nématodes que vous arrosez près de la racine des plantes à une température de 6°.  Ces nématodes infectent et se nourissent des larves qui meurent ensuite.
 

Un autre insecte commun sur l’if est la cochenille de l’espèce Pulvinaria.
Elles sont généralement remarquées trop tard lorsqu’une grande colonie est déjà présente.  Les cochenilles aspirent la sève des feuilles et des tiges.  Cela provoque une inhibition de la croissance.  Une conséquence de ce phénomène est le miellat ‘collant’ déposé sur la plante et les revêtements.  Le miellat est une sécrétion de la Pulvinaria, composée de sucres que l’insecte n’a pas pu assimiler. 
Le miellat entraîne le développement de champignons ascomycètes sur ces endroits.  Les feuilles noircissent et peuvent même tomber.  En plus de l'if, elles peuvent apparaître également sur Laurus nobilis et les espèces d’Ilex.

Inscrivez-vous à notre newsletter

S’inscrire